En France, un bon nombre de pêcheurs de carnassiers tournent en bassboat au-dessus des bancs de sandres et de perches pour les pêcher avec une précision chirurgicale. La pêche à la verticale s’est imposée sur tout le territoire.

Pourtant, beaucoup de pêcheur débutant n’ose pas se lancer. Car ils ont peur d’investir dans un bateau coûteux. Finalement, les bateaux classiques pour la pêche verticale sont extrêmement bien équipés.

Un puissant moteur thermique amène rapidement les collègues sur les différents sites. Là, ils commencent par évaluer les échos fournis par l’échosondeur. Une fois quelques sandres repérés, les cracks se laissent lentement dériver sur les poissons par le (ou les) moteur(s) électrique(s) souvent commandé(s) à l’aide d’une télécommande.

La « verticale » est aussi possible avec des moyens simples ! Avec un float tube par exemple. Bien sûr, il faut s’accommoder du fait que vous allez vous déplacer bien plus lentement dans le coussin d’air qu’avec un bateau à rames ou à moteur.

Cela entraîne des retards non négligeables dans la détection des poissons. Mais vous pouvez contourner ce défaut en réfléchissant à l’avance une stratégie optimale pour le float.

Choisir le bon plan d’eau pour pêcher à la verticale en float-tube

Lors du choix de votre coin de pêche, vous devez absolument veiller à ce que vous puissiez atteindre assez rapidement les zones de repos et de chasses des carnassiers.

En conséquence, choisissez des eaux restreintes ou au moins des zones où les différents hotspots sont proches les uns des autres.

Ainsi, vous pouvez réagir en changeant de place si ça ne mord pas à un moment donné. Mais la taille du plan d’eau n’est pas le seul critère de choix. La profondeur est également déterminante.

Il est prouvé qu’un float tube a un effet d’effarouchement beaucoup plus faible qu’un bateau de pêche quelconque.

j’ai pu observer à maintes reprises, les échos de sandres sous ma barque disparaitre assez rapidement lorsqu’on passe dessus. C’est pourquoi vous devez procéder avec beaucoup de prudence. Ou alors, laisser tomber carrément les endroits trop peu profonds.

Cependant, avec un float tube il est possible d’aborder de tels spots depuis avec un taux de réussite incroyable. La pêche verticale des sandres timides n’a de sens qu’à partir d’une profondeur d’environ 2 mètres. L’eau trouble joue en plus en notre faveur, du moins pour la pêche au sandre.

Pêche à la verticale en float tube l’été :

Quand je regarde autour de moi, je remarque que pour beaucoup la verticale est synonyme de pêche hivernal. Hors, il est tout à fais possible de faire de belles sorties en été. Dans ces conditions, la pêche verticale en float tube est surement la meilleure approche.

Pas besoin de waders ou je ne sais quoi. En short de bain, vous pouvez tenir des heures dans l’eau pendant que vos collègues transpirent sur leurs bateaux.

Comme vous pouvez vous approcher très près des poissons et les pêcher en partie à vue. La courbe d’adrénaline monte quand même en flèche. Pendant la saison chaude, les petits poissons sont regroupés dans les cimes des arbres tombés à l’eau.

Souvent, les carnassiers se trouvent exactement un étage plus bas. Ce qui devient un piège à leurres pour le pêcheur en powerfishing. Par contre, c’est le terrain de jeux parfait pour un float tubeur qui pêche à la verticale.

Celui qui s’approche silencieusement et lentement des arbres avec son float tube et qui manœuvre son leurre à travers les branches peut s’attendre à des touches à toute heure de la journée. Pour cela, il vous suffit de ne pas trop palmer.

Le mieux est de vous tenir tout près du bois et de « s’ancrer » à l’arbre à l’aide de votre main pendant la pêche.

Dans les eaux claires, vous pourrez souvent voir les perches. Donc si vous restez calme, elles resteront sous votre embarcation sans aucuns soucis. Alors qu’avec un bass boat, vous auriez fait fuir à coup sûr tous ces poissons.

Pour vérifier la présence de perches sur le plus grand nombre d’arbres possible pendant une journée, il m’arrive aussi d’emporter mon float sur ma barque de pêche. Afin de parcourir rapidement les différents arbres et de passer ensuite à l’annexe.

La pêche verticale en float tube:

A l’approche de l’automne, les brochets, sandres et perches se réfugient dans des régions plus profondes et plus calmes. Il devient alors un peu plus difficile de repérer les objets de convoitise des pêcheurs.

Les hotspots typiques à cette saisons sont les :

  • boules de vif,
  • structures,
  • fosses,
  • enrochements
  • et les cassures

En outre, les poissons préfèrent les fonds durs. Ces structures doivent d’abord être trouvées, puis pêchées. Pour cela, un échosondeur float tube est indispensable !

Ce n’est qu’avec cet outil que vous pouvez repérer assez rapidement les zones intéressantes du cours d’eau et analyser en même temps la nature du fond.

En outre, il est beaucoup plus efficace de partir maintenant en groupe. Les bords prometteurs sont simplement testés par plusieurs collègues à différents endroits.

Dès qu’un membre de l’équipe a trouvé, les autres peuvent se concentrer autour de lui et participer au plaisir de la pêche jusqu’à ce que les poissons aient senti le coup et se soient éloignés.

Il faut alors se disperser et recommencer à chercher.

Equipé son float tube pour pêcher en verticale :

En l’absence de bordures solides, l’installation d’un sondeur sur son float tube peut poser un petit problème.

Il s’agit tout d’abord d’installer la sonde de manière à ce qu’elle soit toujours dirigée vers le bas et qu’elle n’attrape pas en permanence vos palmes. Ensuite, vous devez ajuster votre écran de sondeur sur le boudin et enfin prévoir une alimentation électrique.

La sonde est simplement vissée sur une planche rectangulaire (dimensions 10 x 20 cm x 2 cm). L’objectif est de fixer cette planche au centre, à l’arrière ou sous un accoudoir latéral du float.

Pour cela, faites une petite fente dans chaque coin de la planche. A travers laquelle vous enfilez un une sangle. Cette sangle est simplement enroulée autour du boudin de votre float.

Pour le fixer votre moniteur, c’est le même principe de base. La seule différence est que la planche sur laquelle le support du sondeur est fixé se trouve en haut sur l’un des dossiers. Scotty propose également un support déjà confectionné.

La plupart des float tube ont des poches latérales relativement spacieuses. Celles-ci peuvent accueillir soit la batterie, soit un élément de batterie que l’on peut relier au sondeur.

Technique de la verticale :

La technique de base est la même que pour la verticale depuis un bateau. 0De plus, elle est assez simple à mettre en œuvre:

  • Descendez verticalement votre leurre vers le fond.
  • La canne doit être parallèle à la surface de l’eau.
  • Animez avec de légères secousses du poignet (la pointe de la canne remonte entre 5 et 20 cm) pour donner vie à votre leurre tout en dérivant au-dessus des poissons.
  • Dès que vous sentez quelque chose d’inhabituel, ferrez .

Si les touches ratées s’accumulent, cela peut être dû au fait que les poissons repoussent eux-mêmes l’appât devant leur bouche en venant dans la ligne lors de l’attaque. Si c’est le cas, essayez de ne pas pêcher complètement à la verticale, mais de pêcher un peu plus en diagonale.

Au lieu de se donner beaucoup de mal pour augmenter la vitesse de dérive, il vaut mieux choisir une tête plombée plus légère. Ainsi, les sandres ont autant de temps que d’habitude pour viser l’appât.

En outre, moins la tête plombée est lourde, plus il leur est facile d’avaler votre leurre.

Quel matériel pour pêcher à la verticale en float tube ?

Si vous le pouvez, optez pour une canne spécifique à la verticale. De préférence monobrin avec une poignée courte, un blank rapide et beaucoup d’anneaux.

Ce type de canne est non seulement très sensible, mais elle se laissent aussi « manier » facilement quan vous pêchez depuis un float tube. C’est un point crucial à prendre en compte, car vous n’avez pas beaucoup d’amplitude de mouvement sur votre embarcation.

Il est particulièrement important d’avoir une poignée courte (au maximum jusqu’au coude), avec laquelle vous ne restez pas constamment accroché quelque part.

L’idéal est d’avoir une zone ou le talon viens se repose sous votre coude. Afin de trouver une position confortable et de pouvoir se concentrer toute la journée sur les touches. Qui, surtout en hiver, sont beaucoup moins fortes que ce que l’on voudrait.

La pêche est plus détendue avec un moulinet spinning. Car la canne est plus agréable à tenir lorsque le centre de gravité sous le blank pousse littéralement le moulinet dans la main.

Toutefois, la pêche avec un moulinet casting a l’avantage de permettre de relâcher du fil par simple pression sur la gâchette. C’est très pratique, lorsque votre leurre n’est plus en contact avec le fond.

Pour ceux qui possèdent un leurre souple, il n’est pas nécessaire de changer beaucoup de choses en ce qui concerne les appâts.

Les leurres :

Certes, les modèles finesse (Man’s, Lunker City, Spro ou Berkley) ont acquis une excellente pour la verticale. De ce fait, emportez en toujours avec vous dans vos boites à leurres. Mais certains jours, les shad (avec paddle) fonctionnent encore mieux.

En ce qui concerne les têtes plombées, ne vous encombrez pas trop. Des grammages compris entre 14 et 21 gr suffisent amplement pour réussir dans les eaux calmes et les rivières à courant modéré.

Pour ceux qui pêchent dans les branches contentez vous de poids allant jusqu’à 7 grammes maximum.

Conseil supplémentaire :

Un repère de carpiste en H a fait ses preuves comme petit accessoire. Celui ci est lancée dès que vous avez pris un sandre, une touche ou un poste prometteur.

Cela permet de retrouver l’endroit, même si le float tube est un peu déplacé par le poisson, le courant et le vent pendant le combat.

En effet, on est assis très près de l’eau et on n’a pas tout à fait la même vue d’ensemble que depuis le bateau, par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.